• L’huile de palme restera un biocarburant : une absurdité pour la planète et pour nos agriculteurs

     

    Communiqué de presse – L’huile de palme restera un biocarburant : une absurdité pour la planète et pour nos agriculteurs

     

    Paris, le 15 novembre 2019

     

    Dans la nuit de jeudi à vendredi, l’Assemblée Nationale a voté un amendement reportant à 2026 l’effacement de l’huile de palme de la liste des biocarburants, lui permettant ainsi de bénéficier d’un régime fiscal favorable.

    Nous soutenons la réaction de notre président Jean-Christophe Lagarde qui a dénoncé cette décision, affirmant très clairement que « l’huile de palme dont la plantation ravage les forêts et menace les orangs-outans N’EST PAS UN BIOCARBURANT ! Les sénateurs UDI se battront pour revenir sur ce vote honteux qui contredit l’ambition environnementale du Président de la République. »

    Considérer l’huile de palme comme un instrument de la transition énergétique est une absurdité sur trois plans au moins :

    • Une absurdité pour la planète. Sur l’ensemble du cycle de vie, une tonne d’équivalent pétrole d’huile de palme émettra au moins trois fois plus de CO² qu’un combustible fossile. Nous dénonçons d’ailleurs depuis de très nombreux mois la décision de la Commission européenne de reconnaître le soja et l’huile de palme comme composant durable pour les biocarburants alors que la culture de l’huile de palme contribue à la disparition des puits naturels de carbone et à la fragilisation de la biodiversité en Asie du sud-est, en appauvrissant l’habitat des orangs-outans, considérés comme une espèce menacée par l’Union internationale pour la conservation de la nature.
    • Une absurdité pour nos agriculteurs. Les biocarburants à base d’huile de palme se substituent à la production européenne de biocarburants à base de colza, qui constituent un complément de revenus pour nos agriculteurs et s’intègrent dans une logique d’économie circulaire, grâce à la récupération de tourteau de colza pour nourrir les boeufs et vaches laitières.
    • Une absurdité pour la société sur le plan énergétique. Une transition énergétique basé sur des biocarburants à base d’huile de palme ne mènera nulle part : le taux de retour énergétique de ces technologies est négatif, c’est à dire que la quantité d’énergie consommée pour produire du biocarburant à base d’huile de palme est supérieure à celle qui sera produite. Un litre de biocarburant d’huile de palme consommé en France, c’est plus d’un litre de pétrole consommé en amont et son cortège d’émissions de CO² associées rejetées dans l’atmopshère.

    L’UDI, fidèle aux convictions environnementales qui ont scellé sa fondation par Jean-Louis Borloo en 2012, s’oppose vivement à ce vote et se mobilisera au Sénat pour proposer un dispositif alternatif.

    Christelle Favetta Siéyès Conseillère départementale de la Savoie et Secrétaire nationale de l’UDI en charge de l’écologie

    Hervé Prononce Maire du Cendre et Secrétaire national de l’UDI en charge de l’agriculture

     

     

     

    Voir l’article complet sur le site de l’UDI : L’huile de palme restera un biocarburant : une absurdité pour la planète et pour nos agriculteurs

Comments are closed.