• Trait d’union numéro 2 – février 2018 – la lettre d’information de la fédération UDI de l’Hérault

    Télécharger trait d’union au format pdf.

    ÉDITO

    Des réformes tous azimuts

    Depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron comme Président de la République, les réformes proposées s’accumulent à un rythme qui s’accélère, à une cadence jamais vue sous notre 5ème république.

    C’est dans ce contexte que nombre de textes sont votés sans susciter de véritables débats, et que nombre d’annonces sont exposées aux français sans un véritable contenu, simplement pour satisfaire l’opinion publique, qui sur des sujets comme le retour du Service National Universel (feu Service Militaire) éminemment populaire, ne détermine ni les moyens, ni la durée, ni les principes.

    Force est de constater, que chaque dossier ou annonce présenté, n’a pas été véritablement apprécié et réfléchi dans leur application.

    De la réforme (suppression) de la taxe d’habitation, en passant par la fiscalité (CSG, cotisations retraite et maladie), de la fonction publique à celle de l’apprentissage et la formation continue, du projet de loi d’ asile et d’ immigration à la réduction de la vitesse sur les voies secondaires, du parcours sup à la réforme du bac, etc, etc, ce cumul permanent désoriente l’évaluation que peut porter la population sur l’action gouvernementale.

    Déjà, selon un sondage réalisé par l’institut Elabe, 40% des personnes interrogées pensent notamment que le rythme des réformes menées par le gouvernement est trop rapide. L’efficacité de sa politique pour relancer l’économie est, quant à elle, jugée négativement par 59% des sondés.

    Le « en même temps en marche rapide », ne va-t-il pas finalement à contre sens de ce qu’espèrent les français, qui n’arrivent plus à avoir de visibilité dans ce tourbillon de mesures, et se demandent si la politique appliquée améliorera leur quotidien ?

    Un président qui agit avec précipitation, alors que son mentor est un illustre philosophe, Paul Ricoeur, devrait s’appliquer l’adage :

    Abundans cautela non nocet.

    Thierry Iengo

     

    L’INFORMATION FÉDÉRALE

    Bureau départemental du 29 janvier 2018

    Les faits marquants :

    La direction nationale a nommé comme nouveau Délégué départemental : Jean-Pierre Rico

    Positionnement de l’UDI :

    Dans le paysage politique français : Joseph Francis fait la synthèse de la situation et rappelle au Bureau que les prochaines échéances électorales seront les Elections européennes où l’UDI doit avoir toute sa place

    Congrès national :

    Il aura lieu le Samedi 17 Mars à Paris. Il est essentiel que la délégation de l’Hérault soit la plus importante possible. Contactez Thierry Amiel pour avoir les informations et les meilleures conditions de réservation SNCF.

    Communication :

    Le Président félicite le comité pour le lancement du premier numéro de notre Newsletter : Trait d’Union.

    Nomination du chargé de communication UDI 34 :

    Malik Hamel est nommé chargé de la communication de la fédération 34, il participera aussi au Comité de rédaction de Trait d’Union et sera en charge des relations Presse pour la Fédération.

    Nomination du  nouveau responsable de la 3ème circonscription : Monsieur Jean Paul Simo, suppléant Monsieur Philippe Sanmartino.

    Bernard Vignon

     

    Quand nos élus sont à la pointe de l’urbanisation raisonnée.

    Shopping promenade ode à la mer, Pérols

    Il y a plus de 30 ans, la commune de Pérols décidait d’accueillir la première zone commerciale Montpelliéraine : le Fenouillet. Réalisée à une époque où les sujets liés à l’étalement urbain, la mobilité et l’écologie n’étaient pas prioritaires, cette zone est devenue obsolète.

    En partenariat étroit avec la SERM-SA3M, nous avons lancé une opération d’acquisition d’une partie du Fenouillet afin de nous garantir une maîtrise du projet, mais surtout d’être partie prenante dans le transfert des commerces existants. Dans cette période de transition, les commerçants du Solís et du Soriech sont accompagnés afin qu’ils puissent intégrer ce nouveau complexe ludique, sportif et commercial. En tout, la SERM-SA3M aura investi plus de 27 millions d’euros dans ce projet de renouvellement urbain.

    Afin de réaliser le complexe Shopping Promenade, Montpellier Méditerranée Métropole a lancé un concours remporté par le groupe Frey en octobre 2014. De par sa situation géographique, ce projet va permettre de relier, le centre-ville de Montpellier au littoral en aménageant l’avenue de la Mer.

    Cette restructuration appelée Ode à la Mer est unique en Europe, par sa taille et son ambition. L’objectif est de créer une zone attractive économiquement tout en y intégrant de nombreuses contraintes : préserver le commerce, favoriser les logements locatifs sociaux et trouver des solutions aux problématiques d’inondations de la zone.

    Le Projet ODE en quelques chiffres :

     

    • 60 000 m2 de surfaces de vente.
    • 15 000 m2 de loisirs.
    • Un cinéma de 15 salles.
    • 15000 m2 de bureaux.
    • Un hôtel de 102 chambres.
    • 24 restaurants et cafés.

     

    L’opération représente un investissement global de 300 M€, s’inscrivant dans un programme de 250 hectares, redonnant 10 hectares à la nature et créant un parc public en lieu et place de la zone inondable.

    Cette opportunité, nous la saisissons avec enthousiasme, car elle va permettre d’apporter les ressources nécessaires afin d’entretenir et d’améliorer la qualité de vie des Péroliens.

    Avec des vues d’architecte qui font rêver, ce complexe intègre les codes de la consommation du XXIe siècle, tout en garantissant 2 500 emplois en relation avec le chantier, et 1800 emplois suite à son ouverture.

     

    Pour préparer et imaginer notre futur, il faut savoir le dessiner dès aujourd’hui. Sur Pérols, nous avons fait le choix de l’innovation, nous avons fait le choix de décider notre avenir.

    Jean Pierre Rico

    Maire de Pérols, Vice-Président à la Métropole de Montpellier, Délégué de la fédération UDI 34 ;

     

    Nos élus locaux au travail et en vigilance 

    midilibre_traitunion

    Un nouvel élan pour Montpellier

    Nous sommes heureux de vous annoncer la création d’un regroupement local politique nommé « MONTPELLIER EN AVANT ».

    Un think tank ou laboratoire d’idées, qui veut rassembler localement deux partis politiques ; LES REPUBLICAINS (LR) et l’UNION des DEMOCRATES ET INDEPENDANTS (UDI). Même si des divergences existent sur la politique nationale, localement nombre de dossiers nous rassemblent, notamment sur la thématique de la gestion municipale de Montpellier. C’est parce que nous croyons au retour des partis politiques avec une véritable colonne vertébrale, que nous travaillons à faire exister localement nos idées pour les faire rayonner.

    Nous voulons créer une synergie qui nous permette d’occuper une place légitime, dans le débat local, dans l’objectif des municipales de 2020, de dynamiser notre présence militante, de réfléchir à un programme municipal, de faire émerger notre meilleur candidat.

    Pour cela, MONTPELLIER EN AVANT veut agir et communiquer.

    En date du lundi 5 février, s’est déroulé au café le « Dôme »un premier débat mensuel sur la thématique « quel emplacement pour le stade de football ? »

    Un rythme de rencontres est proposé chaque premier lundi du mois, sur des sujets inhérents à la politique et la gestion montpelliéraine. Sur cette dynamique, des actions de terrain sont aussi à l’ordre du jour, nous vous donnons déjà rendez-vous pour une première opération le samedi 3 mars à 11h avec un dépôt de gerbe en mémoire de François DELMAS ancien Maire de Montpellier de 1959 à 1977. Cette commémoration de déroulera sur l’avenue François Delmas, le long du mur du cimetière St Lazare, à 11h.

    Francalanci Gérard

    Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

    Montpellier en avant

    @Mtpenavant

     

    lagazette_traitunion

    AGENDA

    Samedi 3 mars dépôt de gerbe en mémoire de François Delmas

    Le Congrès national aura lieu le Samedi 17 Mars à Paris.

     

    Publication de personnalité nationale

    Réforme constitutionnelle : « Vigilants et constructifs, nous ferons des propositions tout au long des étapes de la réforme »

    Communiqué du groupe Union Centriste au Sénat – Paris, le 24 janvier 2018

    Le Président du Sénat, Gérard LARCHER, présente ce jour les conclusions du groupe de travail qu’il a animé et qui constituent la contribution du Sénat à la Réforme Constitutionnelle souhaitée par le Président de la République.

    Le groupe Union Centriste soutient les propositions issues des réunions de travail organisées autour de Gérard LARCHER et salue sa démarche Trans partisane.

    Nous soutenons les évolutions qui fortifieront l’équilibre entre le Parlement et l’exécutif.

    Cela repose sur le bicamérisme ainsi que sur le renforcement du rôle des Parlementaires, notamment dans leur mission de contrôle et d’évaluation des politiques publiques.

    En cette période où de nombreux citoyens sont en recherche de repères, nous favoriserons un lien fort du Sénat avec les territoires et la représentation de tous les départements au sein de notre Assemblée.

    « Tout au long des étapes de la réforme, le groupe sera vigilant et fera des propositions dans un esprit constructif » déclare Hervé Marseille, Président du Groupe Union Centriste à l’issue de la conférence de presse du Président du Sénat.

     

    Tribune Libre

    La fonction publique existera-t-elle toujours dans notre 21e siècle ?

    En date du 24 novembre 2017 le ministre de l’action publique Gérald Darmanin a lancé une consultation auprès des agents et usagers de la fonction publique, sous la forme d’un forum pour une durée de 3 mois.

    Le but est de recueillir avis et propositions pour améliorer et réinventer le service public. Cette consultation en ligne qui devait faire l’objet de réunion de travail organisées sur l’ensemble du territoire, devait alimenter un rapport avant toute prise de décision gouvernemental. Force est de constater à la publication d’annonces récentes sur les dispositifs envisagés par le gouvernement que le dédain des opinions des principaux concernés, est règle d’or dans l’exécutif.

    Notre fonction publique oui doit être repensée, doit devenir plus performante dans ses actions, mais attention à ne pas démanteler pour démanteler. Je ne vais pas développer ici les sujets polémiques, (statut, condition de travail, précarité, etc) ni vous présenter un argumentaire sur l’importance de la fonction publique qui alimenterait une controverse, je n’en ai pas l’espace, simplement vous sensibiliser sur ce bien commun.

    Alors n’oublions pas à quoi sert et pourquoi le service public existe. Aujourd’hui, la population exprime toujours un fort attachement aux services publics mais s’interroge sur leur fonctionnement et s’inquiète de leur présence de plus en plus inégale sur le territoire.

    La perception moderne du Service Public s’est construite au terme d’un long processus historique. Les luttes populaires pour la liberté, l’égalité, la reconnaissance des droits humains universels, la solidarité et la justice sociale y ont puissamment contribué.

    En particulier à l’issue de la seconde guerre mondiale, un puissant consensus autour du programme du Conseil National de la Résistance (CNR) s’est dégagé pour voir en lui un vecteur essentiel de l’intérêt général.

    La vocation première des services publics est de répondre aux besoins de la population. Il leur faut donc garantir l’exercice effectif des droits fondamentaux pour toutes et tous, sans discrimination d’aucune sorte, dans le respect des valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et des principes de laïcité, de solidarité et d’unité territoriale qui sont ceux de la République.

    Ils ont ainsi un rôle essentiel dans le dynamisme économique et permettent d’orienter dans la nécessaire cohésion, l’activité générale vers le progrès social. Il en est de même pour favoriser l’activité économique, industrielle et paysanne, la relocalisation et l’organisation démocratique des transitions énergétique, environnementale et climatique.

    Dans nos territoires, la présence de service public est un critère de choix auquel se réfèrent les entrepreneurs dans l’implantation d’entreprises.

    Le service public, donne droit à la protection sociale, santé, sécurité, justice, transport, éducation, énergie, pouvons-nous imaginer demain sans service public.

    Personnellement je ne le crois pas, alors soyons conscients de nos acquis, préparons demain avec recul et sagesse, posons-nous les bonnes questions, regardons en profondeur et diagnostiquons correctement la situation avant de s’engager dans des cycles de réformes qui risquent fort de faire payer à nos enfants l’abandon d’un modèle qui n’est pas parfait mais qui s’efforce d’être équitable.

    La gestion du bien commun suppose des outils eux-mêmes communs. Les services publics constituent une réponse majeure aux défis du 21e siècle, à condition que nous retrouvions la capacité de redonner à toutes et tous, la conscience de leur utilité.

    Sans service public pas d’État de droit, pas d’État tout court.

    Thierry Iengo

     

    Appel à l’expression de tous les adhérents

    Je reviens vers vous pour vous rappeler pourquoi et comment ce support est né : c’est la volonté d’un groupe d’élus au Bureau Départemental de l’Hérault de créer un support de communication qui soit un « trait d’union » entre tous les adhérents.

    Il vous fera partager la stratégie de nos institutions nationales et régionales mais il n’a pas pour vocation d’être la propriété de quelques-uns. Il doit être pour vous un espace d’expression privilégié.

    Il doit en particulier aider nos chefs de file dans les communes à valoriser leurs actions et leurs projets de façon à mener leurs missions de fédérer nos adhérents locaux et d’attirer de nouveaux sympathisants.

    Tous ceux qui souhaitent s’exprimer peuvent nous envoyer leurs projets d’articles et faire des commentaires et suggestions pour améliorer ce support.

    Contact : traitdunion@gmail.com

    L’UDI est un parti Indépendant et un espace de liberté… alors profitez en… exprimez-vous !

    Pour le Comité de rédaction : Bernard Vignon

Comments are closed.